Jour de triomphe sur les quais de Mboro

La mise en exploitation du Terminal à conteneurs a été formellement rendue possible par la signature du contrat de concession, le 25 juillet dernier.

Le jour était depuis longtemps attendu ; 25 juillet dernier, signature du contrat pour l’exploitation et le développement du terminal à conteneurs du Port de Kribi. Cela fait des mois en effet que la grande infrastructure de fer et de béton, posée en plein milieu de l’espace qui sépare la forêt des eaux de mers, à Mboro, dans ce qui fut longtemps un village oublié, attendait d’être portée aux confins de son utilité économique et sociale. Réalisation présidentielle qui mérite en tout point la pointe de grandeur qu’elle préempte depuis toujours et l’insondable majesté qu’on lui accorde à son parachèvement. L’ambition est haute, depuis le départ : faire de cet espace tout neuf, le point de référence à partir duquel se reconstruira l’économie camerounaise et sous-régionale des prochaines années.

Car, toute l’équation est là, pour cette architecture que l’on présente comme l’un des projets majeurs du septennat des « Grandes réalisations » du Président Paul Biya. Le Port de Kribi ambitionne en effet de devenir une plateforme portuaire et logistique incontournable dans la sous-région Afrique centrale et même dans le reste du Golfe de Guinée. C’est dans cette optique que l’infrastructure a été dimensionnée et construite.

Grâce à ses infrastructures de premier ordre, dont notamment des quais fondés à -16 mètres de profondeur, le grand port de Mboro est capable d’accueillir des navires d’une envergure inédite en Afrique occidentale et centrale, pouvant atteindre 400 mètres et emporter quelques 100 000 tonnes de produits. Il dispose en outre d’outils modernes et performants, notamment en matière d’aide à la navigation, et de manutention. Conformément au cadre législatif et règlementaire portuaire national, le Port de Kribi a recruté des opérateurs privés à la réputation et à l’expertise reconnues internationalement, afin d’assurer la qualité des prestations rendues. La combinaison de la qualité des infrastructures et du savoir-faire des opérateurs retenus, devrait ainsi garantir aux navires et aux marchandises transitant en son cœur, un service aux meilleurs standards internationaux.

En plus des atouts sus-évoqués, la position centrale du Port de Kribi dans le Golfe de Guinée devrait lui permettre de capter les flux de trafics en provenance et en direction des pays sans littoral. Les autorités camerounaises bien conscientes de l’environnement compétitif qui singularise la côte ouest africaine ont procédé à des réformes fiscales, juridiques, tarifaires et douanières afin de créer un environnement propice au développement des trafics de transit et de transbordement.

Il faut relever que la desserte du littoral camerounais par des navires de grande capacité, comme cela fut fait le 22 juin dernier avec l’accueil du Medi Lisbon un vraquier de 50 000 tonnes, bouleversera le marché du fret maritime à destination et en provenance de l’hinterland. C’est ce qu’a notamment tenu à souligner Edgard-Alain MEBE NGO’O, le Ministre en charge des Transports qui présidait ladite cérémonie. Ainsi, les opérateurs économiques devraient bénéficier d’une baisse des coûts de transport et d’un accès direct à de nouvelles destinations.

Il est couramment admis que la fluidité de la circulation de l’information est un facteur-clé de compétitivité d’une place portuaire. C’est ainsi que le Port de Kribi s’est doté d’un système d’information permettant à tous les usagers de disposer des informations pertinentes en temps réel afin d’optimiser la fluidité des trafics navires et marchandises. Ce dispositif garantira par ailleurs l’atteinte de performances appréciables en termes de sécurité, de sureté de fiabilité.

Toujours dans la perspective d’offrir aux opérateurs économiques un service complet, il est à noter qu’un espace attenant au Port est en cours d’aménagement. Cette zone sera dédiée aux activités logistiques à valeur ajoutée et aux industries légères. Le port sera à cet égard en mesure de proposer à la location une gamme immobilière complète d’entrepôts, de bureaux ou de terrains nus viabilisés.

Ultimes négociations autour du terminal

Les 11, 12 et 13 juillet derniers s’est tenue, dans la salle des conférences de l’hôtel « La Marée » à Kribi, l’ultime session de négociations concernant la nature, le format et le contenu du contrat de concession, devant lier pour les vingt-cinq prochaines années, le Port autonome de Kribi (PAK) et le Groupement Kribi Container Terminal (KCT). Trois jours de travaux présidés par le Directeur général du Port autonome de Kribi, avec la participation directe des représentants de chacun des constituants du Groupement de référence : Olivier de Noray de l’entreprise Bolloré Transports & Logistics, Marc Riondel de CMA-CGM et Edward Xu de CHEC. Négociations qui ont essentiellement porté aux conditions d’adaptation des documents contractuels devant lier les deux parties, au cadre juridique finalement retenu (migration d’un format de « partenariat public-privé », vers un format « concession »), en s’assurant que les éléments structurants du cahier des charges assigné à l’adjudicataire ne sont nullement remis en cause. A la suite, les discussions ont également évoqué les prochaines étapes devant mener à la mise en vigueur puis à la mise en exploitation dudit contrat, dans des conditions compatibles avec les intérêts de chacune des parties prenantes engagées. Chacun des camps est reparti satisfait de ces jours de travaux, qui préfiguraient fortement de la signature effective du contrat en tant que telle, qui allait exactement  intervenir deux semaines plus tard, sur le site de Mboro.

Le choix de Paul BIYA

C’est dans une correspondance datée du 11 juillet dernier que la dernière salve conduisant à la révision, puis à la signature du contrat de concession entre le PAK et le Groupement KCT mis signature le 25 juillet dernier, que tout s’est finalement joué. Dans ledit courrier, le secrétaire général de la présidence de la République fait en effet savoir au secrétaire général des Services du Premier ministre les « hautes instructions » du président de la République au sujet de la mise en service de la plateforme portuaire de Kribi, notamment les terminaux à conteneurs et polyvalent. Dans le détail, Paul Biya prescrit au gouvernement, pour ce qui est du terminal à conteneurs, « de réviser le régime contractuel pour adopter, en lieu et place du contrat de partenariat initialement proposé, un contrat de concession… ».

Quelques réactions

Edgard Alain Mebe Ngo’o, Ministre des Transports

Faire du port de Kribi un port compétitif
« La signature de ce contrat de concession marque véritablement le début de l’opérationnalisation de l’exploitation du port autonome de Kribi. Avec cette signature, le président de la République vient de donner une accélération majeure au processus qui conduit le Cameroun vers l’émergence. Sur 25 ans, le concessionnaire va payer un droit d’entrée et de redevance pour 1300 milliards de F et va investir plus de 84 milliards de F. L’objectif est de faire du port de Kribi un port compétitif. »

 

Olivier de Noray, Directeur Général Ports et terminaux du Groupement Bolloré

Nous travaillerons pour avoir de bons résultats
« Il nous faut trois mois pour mettre en place un service administratif. Ce délai est aussi pour l’installation de tous nos équipements. Cela nous permettra également de boucler le recrutement du personnel. Mais, si nous pouvons accomplir ces tâches le plus rapidement possible, nous le ferons. Nous travaillerons pour avoir de bons résultats. Nous sommes au service de l’émergence du Cameroun. Nous avons un contrat de 25 ans qui certainement sera renouvelé vu le travail que nous allons effectuer. »


Texture du contrat

  • Durée du contrat : 25 ans
  • Mission du concessionnaire : financer, exploiter, développer, entretenir et maintenir le TAC du Port de Kribi
  • Consistance du terminal concédé : 350 m de quai avec les ouvrages et équipements pour une durée maximale de 60 mois (Phase 1) puis par la suite 700 m de quai avec les ouvrages et équipements y associés (Phase 2).
  • Actionnariat de Kribi Conteneurs Terminal : Capital de 52,480 milliards FCFA dont Kribi Terminal Holding à 60,45% ; Wide Resources Limited à 20% et les camerounais à 19,55%
  • Le personnel camerounais représentera 80% des salariés du terminal pendant toute la durée du contrat
  • Autre engagement du concessionnaire : démarrage des activités 3 mois après la signature du contrat de concession
  • Suivi du contrat : Celui-ci sera assuré par un comité de suivi. En outre, le PAK est administrateur non actionnaire au sein du Conseil d’administration de la société d’exploitation
  • Qui est le groupement Bolloré/CMA CGM/CHEC ? Il est constitué des trois entreprises suivantes : CHEC (entreprise chinoise de génie civil spécialisée dans la réalisation d’infrastructures portuaires, autoroutières et aéroportuaires), CMA CGM (3e armateur mondial) et de Bolloré (principal maillon de la chaine logistique nationale qui opère plus de 16 terminaux conteneurs à travers l’Afrique)

Gains et perspectives

  • Droit d’entrée : 77 M€ (50 Mds FCFA)
  • Redevance annuelle fixe : 33 M€ (22 Mds FCFA)/an
  • Redevance variable : 23% du chiffre d’affaires annuel réalisé par la société d’exploitation
  • 50% des pénalités de stationnement payés par les usagers du terminal, payables au concédant
  • Redevance exceptionnelle : 250 M FCFA annuellement de l’année 2 à l’année 25 du contrat
  • Frais d’expertise du CARPA : 250 M FCFA payable à l’année 1 du contrat
  • Investissements du concessionnaire : environ 17,6 M€ d’investissements complémentaires et environ 137 M$ d’investissements fermes. Le concessionnaire participe au financement de la construction de la phase 2 du Port. Il prend en charge les fonds de contrepartie soit 15% du coût total des travaux qui devraient être assurés par l’Etat.