Le démarrage en fanfare du Port de Kribi

Du fait de ses atouts naturels, de la qualité des infrastructures ainsi que de l’expertise de ses opérateurs, l’on n’a pas tardé à noter durant les mois écoulés, une accélération des trafics stratégiques.

23 avril 2018 : Un navire sur les quais de Mboro

Le lancement de l’activité commerciale, le 02 mars 2018, peut – à juste titre – être considéré comme la grande date de l’année 2018, au Port de Kribi. Celle autour de laquelle le reste a pris forme : finalisation des procédures de commerce extérieur, installation et la mise en lien des acteurs de la plateforme logistique et la convergence rapide tant des marchandises que des clients. Depuis lors, le PAK est devenu une marque à part dans le paysage mémoriel des grandes entreprises camerounaises et un acteur incontournable de l’économie nationale et sous-régionale des transports et de la logistique. Cela, grâce notamment à l’alliance avec le troisième armement mondial, CMA-CGM, aux efforts duquel viennent s’ajouter les actions de prospection et de marketing intenses portées par le PAK à travers les quatre coins du monde. Au quotidien, PAK impacte donc déjà sur la dynamique des chaines logistiques qui y transitent, à travers les gains de temps et la maitrise des coûts de passage portuaires. C’est également, l’un des ports les plus sûrs d’Afrique (certifié ISPS en mars 2018), dans lequel tous les acteurs s’ordonnent et s’organisent dans un objectif commun de performance globale, au service d’une l’économie camerounaise et d’Afrique centrale.

Du fait de ses atouts naturels, de la qualité des infrastructures ainsi que de l’expertise de ses opérateurs, l’on n’a pas tardé à noter durant les mois écoulés, une accélération des trafics stratégiques tels que le transbordement et l’exportation des matières premières agricoles.

Lignes maritimes internationales

En effet les acteurs majeurs du monde maritime et portuaire qui, d’habitude, marquent un temps d’observation et de réflexion avant de s’engager vers les ports nouveaux, ont instantanément matérialisé leur engouement. C’est le cas notamment de CMA-CGM, troisième armateur mondial, qui a organisé, dès l’entrée en service du Terminal à Conteneurs, des dessertes à travers cinq services connectant le Port de Kribi à une cinquantaine de pays. Ainsi, au cours de l’exercice 2018, le trafic maritime réalisé au Port de Kribi s’est situé à 6,4 millions de tonnes. Quant aux escales des navires, elles s’établissent au nombre de 274, au 31 décembre.

Le trafic des marchandises conteneurisées traité quant à lui représente 18% du trafic global des marchandises. La majeure partie de ce trafic à l’export est constitué du bois et, à l’import, majoritairement la malte d’orge. Pour un total de 83 982 boites traitées, le port a traité 10 388 981 tonnes de marchandises conteneurisées transbordement, y compris. Le volume de trafic à l’import est de 34 587 tonnes contre 359 386 tonnes à l’export vrac liquide exclu.

Le trafic de vrac liquide traité au port de Kribi représente 79% du trafic global avec l’exploitation du terminal gazier Hilly Episeyo et des terminaux pétroliers KK1 et EBOME. Pour un volume de trafic de 6 249 907 tonnes hydrocarbures et gaz confondus, les deux terminaux off-shore ont enregistré 59 escales.

Le trafic de vrac solide traité au port de Kribi représente 3% du trafic total avec pour principale marchandise le bois (billes de bois, débite ou scié et biomasse). Avec un total de 224 567 tonnes exportés.