L’horizon du Port de Kribi est tendu vers le succès

Immeuble Emergence Kribi

Le 02 mars dernier, le projet le plus emblématique des « grandes réalisations » du président de la République a été lancé dans sa phase d’exploitation commerciale. Moment de grâce attendu par tout un pays, depuis des années.

Le 09 mars dernier, le directeur général du Port autonome de Kribi (PAK) recevait une importante délégation officielle de dirigeants du Port d’Anvers ainsi que d’une délégation d’investisseurs belges, venue s’enquérir des conditions formelles de mise en exploitation de la grande infrastructure des côtes camerounaises. Au cours de la visite qui s’en est suivi, la vingtaine de visiteurs s’est montrée curieuse de savoir quel type de relations institutionnelles les deux plateformes pouvaient entretenir dans l’avenir, pour faire en sorte que les gains issus du développement du commerce international qu’elles portent, soient autant que possible partagés pour le plus grand bien des peuples concernés. Une rencontre opportune donc, s’il en est, à laquelle le Port autonome de Kribi s’est donné avec engagement, convaincu de se rendre désirable à tous ceux qui rêvent d’apporter leur voix, leur force et leur enthousiasme à ce qui porte à la certitude d’un nouveau pôle économique sur cette frontière nouvelle.

Cette visite tient en effet de ce que, sur les trois dernières années et particulièrement depuis 2017, les conditions générales de trafic sur l’ensemble des ports camerounais a été plus ténue, portées par une conjoncture défavorable à l’international et une restriction d’activité en interne, qui a compromis de beaucoup la qualité des échanges et, plus loin, du dynamisme économique de l’ensemble des pays de la sous-région. La crise sécuritaire vécue de façon frontale par le Nigeria, le Cameroun et le Tchad notamment du fait des incursions de la secte islamiste Boko Haram sur les routes, n’est pas la seule explication à cette dégradation. Il y a aussi, la qualité globale des infrastructures routières mais aussi, la gouvernance sur le long des chemins empruntés, qui obligent à penser la dynamique générale des ports camerounais – et spécialement celui de Kribi – sur un modèle intégrateur et ouvert, fortement indexé aux meilleurs pratiques et standards internationaux.

A ces questions essentielles qui engagent aussi de plein fouet son avenir en ce qu’elles conditionnent la venue en son sein d’acteurs nationaux et internationaux motivés et porteurs de valeur, le Port de Kribi a été le théâtre d’une cérémonie solennelle de lancement de son activité commerciale, dans le droit fil des nombreuses attentes que les Camerounais lui consacrent depuis des années. A savoir : être l’une des destinations les plus branchées, pour ce qui est de l’embarquement et du débarquement des marchandises en provenance ou à destination du Golfe de Guinée.

Car, c’est bien dans l’optique de servir des frontières au loin que l’infrastructure a été dimensionnée et construite. Avec, entre autres atouts, des quais fondés à -16 mètres de profondeur. Ce grand port est donc capable d’accueillir des navires d’une envergure inédite en Afrique occidentale et centrale, pouvant atteindre 400 mètres et emporter quelques 100 000 tonnes de produits. Il dispose en outre d’outils modernes et performants, notamment en matière d’aide à la navigation, et de manutention. Conformément au cadre législatif et règlementaire portuaire national, le Port de Kribi a recruté des opérateurs privés à la réputation et à l’expertise reconnues internationalement, afin d’assurer la qualité des prestations rendues. La combinaison de la qualité des infrastructures et du savoir-faire des opérateurs retenus, devrait ainsi garantir aux navires et aux marchandises transitant en son cœur, un service aux meilleurs standards internationaux. C’est pour rendre compte de cette disponibilité et agir à leur affectation au bénéfice des populations de l’Afrique centrale que ce voyage revêt à nos yeux une importance de tout premier plan.